Vignettes de pédagogie active

Toutes les fiches (13)

Documentation trouée

documentation_trouee
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités courtes (< 30 minutes)
Durée de l'activité - Activités développées (Entre 30 et 60 minutes)
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Élevée

Qu'est-ce qui manque ?

La technique Documentation trouée consiste à fournir aux élèves une version incomplète des notes de cours qu’ils pourront compléter en classe à l’aide de l’exposé magistral de l’enseignant. Généralement, les éléments manquants dans les notes de cours correspondent à des mots-clés, à de courtes phrases ou à la solution d’un exercice. Cette technique est préférable à l’absence totale de notes de cours pour les élèves, car la Documentation trouée a l’avantage de libérer du temps afin de leur permettre de réfléchir sur les notions enseignées. En effet, puisqu’ils ne doivent prendre en note que certains éléments et non l’ensemble des notes, ils peuvent se concentrer sur ce que leur apprend l’enseignant et déduire les éléments qui manquent. Dans le même ordre d’idée, lorsque la technique Documentation trouée est comparée à celle de fournir aux élèves une version complète des notes de cours, elle présente l’avantage de motiver ces derniers à se présenter en classe, les incite à être plus attentifs à la présentation et, surtout, les implique dans leurs apprentissages en les invitant à réfléchir sur les notes qui doivent être prises. Afin de rendre l’activité significative et efficace pour l’apprentissage, il faut que les éléments retirés des notes de cours puissent être déduits par les élèves qui ont assisté au cours, sans que ces derniers ne soient nécessairement aidés par l’enseignant. En somme, la Documentation trouée permet aux élèves de réfléchir sur les notions présentées de manière magistrale, et donc de mieux les assimiler.

Dialogues inventés

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Moyenne

Je dis, tu dis, ils disent...

Comme son nom l'indique, la technique des Dialogues inventés requiert des élèves d'inventer des dialogues sous la forme d'une conversation structurée sur une notion ou un concept précis afin de leur permettre de faire la synthèse de leurs connaissances. Par exemple, un élève en sciences politiques pourrait inventer un dialogue entre Alexandre Le Grand, César et Napoléon pour discuter de la différence entre les compétences en leadership requises pour conquérir un empire et de celles nécessaires pour le maintenir (Angelo et Cross, 1993).

Il existe deux niveaux possibles de Dialogues inventés

Facile : Assembler des citations existantes pour créer un dialogue cohérent
Difficile : Inventer de toute pièce un dialogue qui correspond au caractère des personnages et leur contexte

Cette technique créative permet aux élèves d’approfondir des théories, de démêler des controverses ou de défendre les opinions d’autrui. Elle permet aussi aux élèves de développer des compétences de synthèse, d’adaptation et d’extrapolation en lien avec le matériel théorique enseigné.

Pecha Kucha

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Faible

Top Chrono !

Le terme Pecha Kucha est l’équivalent du mot « conversation » en japonais et l’objectif d’une telle activité est d’amener les élèves à réfléchir de manière différente sur leur sujet, afin qu’ils préparent des présentations orales plus courtes, plus créatives et plus raffinées. En effet, avec la technique Pecha Kucha, les élèves réalisent, seuls ou en groupe, une présentation orale chronométrée à l’aide d’un logiciel de présentation tel que PowerPoint ou Keynote. Généralement, la contrainte imposée par la méthode traditionnelle du Pecha Kucha est celle du 20x20, soit 20 diapositives de 20 secondes chacune. Évidemment, il est possible de modifier le nombre de diapositives totales de la présentation ou même leur durée. Par contre, il faut savoir que le principe du Pecha Kucha repose sur la contrainte de temps imposée à une diapositive, dont la durée doit être comprise entre 20 et 30 secondes. Cette façon de procéder oblige les élèves à repenser la façon de présenter leur contenu. Puisque le temps de présentation d’une diapositive est très limité, les élèves doivent favoriser les éléments visuels au détriment du texte, ce qui permet d’avoir des présentations plus claires et plus épurées. Cela force également les élèves à mieux planifier leur présentation orale ainsi qu’à la pratiquer plus d’une fois, ce qui rend leur travail beaucoup plus structuré et professionnel. De plus, faire une présentation selon le mode Pecha Kucha est beaucoup plus intéressant pour l’auditoire puisque le rythme soutenu de la présentation la rend plus dynamique et leur permet d’être plus attentifs. Finalement, puisqu’un temps limite est imposé à chacune des diapositives, les présentations sont généralement plus courtes, ce qui laisse la chance aux orateurs d’échanger avec l’auditeurs et de répondre à leurs questions.

Jeu de rôle - Technique centralisée

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Moi, Léornard de Vinci, je...

Dans la formule du Jeu de rôle - Technique centralisée, les élèves sont invités à faire une interprétation spontanée et subjective du rôle d'un personnage dans une situation précise afin de mieux comprendre les motivations qui justifient les comportements. L’élève a une grande liberté d’action quant à la manière d’interpréter ce rôle. La technique centralisée implique que les élèves soient répartis en petits groupes de 4 à 6 personnes auxquels un rôle différent est attribué. Un observateur est désigné dans chaque groupe alors que les autres élèves interprètent, de façon improvisée et spontanée, le rôle qui leur est attribué. Après le jeu de rôle, une discussion a lieu et c'est à ce moment que les observateurs donnent leurs commentaires aux autres élèves. Les observateurs doivent faire des commentaires précis et soumettre des éléments qu'ils ont notés pour alimenter cette étape de la discussion. Cette dernière permet également aux autres élèves d'exprimer leurs sentiments et leurs émotions sur ce qu'ils ont vécu immédiatement après leur prestation. Cette méthode est utilisée, entre autres, dans le but de développer des attitudes comme l’empathie de différents professionnels envers certaines clientèles. Pour ce faire, elle simule des conditions de santé (par ex., pathologies visuelles, handicap physique) afin de permettre aux apprenants de mieux comprendre et ressentir ce que ces personnes vivent au quotidien, par exemple les problèmes d'ordre social ou psychologique. Le Jeu de rôle se distingue de la Simulation par le caractère subjectif de la vision qu’on propose de la réalité. En résumé, dans une Simulation, l'élève joue son propre rôle en se projetant dans une situation professionnelle réaliste alors que, dans un Jeu de rôle, il campe un rôle ou un personnage.

Jeu de rôle - Technique de l'aquarium

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Moi, Léornard de Vinci, je...

Dans la formule du Jeu de rôle - Technique de l'aquarium, les élèves sont invités à faire une interprétation spontanée et subjective du rôle d'un personnage dans une situation précise afin de mieux comprendre les motivations qui justifient des comportements. L’élève a une grande liberté d’action quant à la manière d’interpréter ce rôle. La technique de l'aquarium implique l'attribution de rôles à certains élèves qui seront les protagonistes alors que les autres observeront leur performance. Cette technique offre la possibilité de faire l'analyse critique de la scène interprétée et suscite habituellement de nombreux commentaires de la part des observateurs et des protagonistes. Après le jeu de rôle se tient une discussion et c'est à ce moment que les observateurs donnent leurs commentaires aux autres élèves. Ainsi, les observateurs doivent avoir des observations précises à faire et des éléments à noter pour alimenter l'étape de la discussion. Cette dernière permet également aux autres élèves d'exprimer leurs sentiments et leurs émotions sur ce qu'ils ont vécu immédiatement après leur prestation. Cette méthode est utilisée, entre autres, dans le but de développer des attitudes comme l’empathie de différents professionnels envers certaines clientèles. Pour ce faire, elle simule des conditions de santé (par ex., pathologies visuelles, handicap physique) afin de permettre à ceux qui jouent le rôle de ressentir ce que ces personnes vivent au quotidien comme les problèmes d'ordre social et psychologique. Le Jeu de rôle se distingue de la Simulation par le caractère subjectif de la vision qu’on propose de la réalité. En résumé, dans une Simulation, l'élève joue son propre rôle en se projetant dans une situation professionnelle réaliste alors que, dans un Jeu de rôle, il campe un rôle ou un personnage.

Simulation

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Faire comme si c'était la réalité

La Simulation vise à recréer, en classe, une situation représentant la réalité de manière objective et à laquelle l'élève pourrait être confronté, soit dans la vie de tous les jours, soit dans sa profession future. Cette technique permet aux élèves de mettre en pratique leurs habiletés et leurs apprentissages dans un environnement encadré par des règles et d'ainsi les amener à comprendre objectivement la réalité. Il est possible de faire appel ou non à des outils médiatiques, tels qu'un simulateur. Après la Simulation, une discussion a lieu et c'est à ce moment que les élèves s'expriment sur ce qu'ils ont vécu émotivement. De plus, cette discussion permet de comparer la Simulation réalisée avec la réalité qui a été modélisée.

Ateliers pratiques

ateliers_pratiques
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Allons-y, on essaye !

L’Atelier pratique est une activité par laquelle les élèves s’exercent à réaliser une tâche ciblée en fonction des compétences ou des habiletés à développer dans le cours. Cette activité est habituellement précédée d’une démonstration de la part du professeur quant à l’utilisation du matériel qui, bien souvent, est nouveau pour les élèves. Le professeur guide les élèves dans la réalisation de la tâche et il les questionne régulièrement sur leurs façons de procéder. Il donne régulièrement des rétroactions pour les orienter ou les corriger. Il crée un climat de confiance et d’entraide dans la classe. L’Atelier pratique peut se réaliser seul ou en équipe. Cette activité doit être suivie d’un retour en plénière pour conclure sur les apprentissages réalisés et corriger les erreurs commises. En somme, l’Atelier pratique est une activité permettant aux élèves de mettre en application et de concrétiser leurs connaissances théoriques et procédurales sur un sujet précis, tout en bénéficiant de l’entraide de leurs pairs.

Symposium

symposium
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Faible

La force de l'ensemble

Le Symposium, ou Congrès scientifique, est une activité lors de laquelle les élèves sont regroupés en équipe de 3 à 6 et sont invités à présenter le fruit d'un travail ou d'un projet à leurs collègues et à d'autres personnes d'intérêt, comme des enseignants ou des clients industriels. En d'autres termes, le Symposium doit nécessairement être jumelé à une autre formule pédagogique telle qu'un projet d'envergure ou encore, une étude de cas. 

Lors de cette activité pédagogique, les élèves peuvent présenter leur travail sous diverses formes : une présentation orale, une affiche, une simulation vidéo, une maquette ou une démonstration. De plus, la manière de procéder peut être classique ou informelle. Dans le mode classique, chacune des équipes présente succinctement son travail devant le reste des auditeurs alors que, dans le mode informel, un kiosque est assigné à chacune des équipes et les élèves peuvent exposer leur travail et en discuter avec les personnes qui s’y présentent. L’avantage de ce dernier mode est que des discussions intéressantes peuvent émerger des échanges entre les élèves et leurs interlocuteurs, surtout si ces derniers sont des experts en la matière. Ainsi, en plus de permettre aux élèves de partager leurs apprentissages avec leurs collègues, le Symposium permet également d’enrichir leurs connaissances sur un sujet en particulier.

Séance d'affiches

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Moyenne

Livrer un message

La formule Séance d'affiches permet aux élèves de présenter le fruit d'un travail de recherche ou de tout autre projet sous la forme d'une présentation visuelle et imagée. L'affiche peut donc servir à illustrer ou présenter des notions, des processus, des données de recherches, des connaissances, des résultats, etc. Au terme d'un projet, les élèves doivent, individuellement ou en équipe, préparer leur affiche à l'aide de logiciels tels que PowerPoint, Microsoft Visio ou Adobe Illustrator. Cette production d’affiche se fait à partir d’un gabarit fourni par l’enseignant. Ce gabarit doit indiquer avec précision aux élèves les éléments de contenus attendus sur l’affiche ainsi que le format que doit prendre cette dernière. Par la suite, l’affiche est imprimée et une séance de partage est prévue. Lors de cette Séance d’affiches, il est possible d’inviter des élèves d’autres classes et d’autres niveaux ainsi que des enseignants et des membres du personnel. De plus, les élèves qui présentent leurs affiches pourront également circuler dans la classe afin de voir le travail de leurs collègues et d’en discuter avec eux. La formule de la Séance d’affiches permet aux élèves de concrétiser des concepts appris, de partager le fruit d’un long travail et d’apprendre de leurs pairs. Une telle activité permet à l’enseignant et aux autres élèves de voir comment les apprentissages des auteurs de l’affiche sont perçus, compris et intégrés.

L'entretien collectif

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités développées (Entre 30 et 60 minutes)
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Discutons, ensemble!

L’Entretien collectif est un exercice au cours duquel l’enseignant questionne la classe ou un groupe d’élèves sur un sujet particulier afin de récolter des commentaires, des propositions ou toute autre information qui s’avère utile dans le contexte. L’activité se déroule en deux étapes. Premièrement, l’enseignant pose une question en lien avec le sujet étudié en veillant à créer une ouverture qui consistera en un point de départ à la discussion qui suivra. Deuxièmement, les élèves répondent à cette question dans un contexte d’échange d’informations. Cette formule pédagogique a l’avantage de permettre aux élèves, d’une part, de s’exprimer de manière spontanée pour faire valoir leurs idées et d’autre part, d’enrichir leur réflexion grâce aux interventions des autres.

L'entretien en tête-à-tête

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Élevée

Discutons, en tête-à-tête!

L’Entretien en tête-à-tête est un exercice au cours duquel l’enseignant pose des questions à un élève afin de favoriser une discussion sur un sujet précis. Il peut également s’agir d’un échange sur une démarche particulière utilisée par l’élève pour résoudre un problème ou un calcul. Ainsi, l’Entretien en tête-à-tête permet soit d’évaluer les connaissances d’un élève par rapport à un sujet donné, soit de le guider dans un processus établi. Cette formule pédagogique a l’avantage de recourir à une interaction plus individualisée entre l’enseignant et son élève, ce qui permet à l’enseignant d’orienter ses questions selon les besoins de celui-ci et d’apporter des éclaircissements sur les notions plus ou moins bien assimilées.

Tableau vivant

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Faible

Action, on tourne !

La technique du Tableau vivant sort indéniablement des sentiers battus en ce qui a trait aux méthodes d’enseignement. Elle requiert la participation des élèves qui devront incarner des personnages, des scènes ou même des concepts pour tenter de mieux comprendre les principes théoriques sous-jacents. Dans cette activité, les élèves sont amenés, par une mise en situation concrète, à prendre des rôles et à interpréter physiquement ce qui se passe. Par exemple, pour bien comprendre les forces qui entrent en jeu dans la structure d’un pont, les élèves peuvent incarner des piliers, se donner la main comme des haubans ou un tablier et, ainsi, ressentir ou voir le comportement des différents constituants. Les élèves pourraient également recréer une œuvre d’art ou un moment historique important, ou encore illustrer le principe de fonctionnement d’un équipement ou d’un système quelconque. Cette technique n’est pas simple puisqu’il faut se demander comment et dans quel contexte elle pourrait fonctionner. Cependant, elle peut être très visuelle et très marquante pour les élèves qui se rappelleront beaucoup plus facilement les notions enseignées. En somme, cette technique permet aux élèves de répondre à la question suivante : Est-ce que je comprends assez bien ce concept pour pouvoir l’expliquer sans rien dire ni écrire ?

Cartes conceptuelles

Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Faible

Organisation visuelle de l'information pour mieux l'intégrer

Les Cartes conceptuelles prennent la forme d’un réseau graphique dans lequel les concepts sont identifiés chacun par un mot ou un ensemble de mots et représentés par des nœuds. Pour illustrer les relations entre ces concepts, des flèches lient les nœuds entre eux. Il est également possible d’étiqueter textuellement les flèches afin de préciser davantage la nature des liens établis. Par ailleurs, il est recommandé d'utiliser diverses couleurs et de représenter les concepts par des dessins, des images, des graphiques ou des formules de sorte à rendre les informations les plus visuelles possibles. Cet exercice de synthèse requiert de la pratique, il ne faut donc pas hésiter à le faire à plusieurs reprises. En somme, les Cartes conceptuelles permettent aux élèves de représenter visuellement la cartographie des connaissances acquises sur un sujet et les relations entre les différents concepts théoriques inhérents à celui-ci.