Vignettes de pédagogie active

Toutes les fiches (30)

Pages

Séance d'affiches

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Moyenne

Livrer un message

La formule Séance d'affiches permet aux élèves de présenter le fruit d'un travail de recherche ou de tout autre projet sous la forme d'une présentation visuelle et imagée. L'affiche peut donc servir à illustrer ou présenter des notions, des processus, des données de recherches, des connaissances, des résultats, etc. Au terme d'un projet, les élèves doivent, individuellement ou en équipe, préparer leur affiche à l'aide de logiciels tels que PowerPoint, Microsoft Visio ou Adobe Illustrator. Cette production d’affiche se fait à partir d’un gabarit fourni par l’enseignant. Ce gabarit doit indiquer avec précision aux élèves les éléments de contenus attendus sur l’affiche ainsi que le format que doit prendre cette dernière. Par la suite, l’affiche est imprimée et une séance de partage est prévue. Lors de cette Séance d’affiches, il est possible d’inviter des élèves d’autres classes et d’autres niveaux ainsi que des enseignants et des membres du personnel. De plus, les élèves qui présentent leurs affiches pourront également circuler dans la classe afin de voir le travail de leurs collègues et d’en discuter avec eux. La formule de la Séance d’affiches permet aux élèves de concrétiser des concepts appris, de partager le fruit d’un long travail et d’apprendre de leurs pairs. Une telle activité permet à l’enseignant et aux autres élèves de voir comment les apprentissages des auteurs de l’affiche sont perçus, compris et intégrés.

L'entretien collectif

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités développées (Entre 30 et 60 minutes)
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Discutons, ensemble!

L’Entretien collectif est un exercice au cours duquel l’enseignant questionne la classe ou un groupe d’élèves sur un sujet particulier afin de récolter des commentaires, des propositions ou toute autre information qui s’avère utile dans le contexte. L’activité se déroule en deux étapes. Premièrement, l’enseignant pose une question en lien avec le sujet étudié en veillant à créer une ouverture qui consistera en un point de départ à la discussion qui suivra. Deuxièmement, les élèves répondent à cette question dans un contexte d’échange d’informations. Cette formule pédagogique a l’avantage de permettre aux élèves, d’une part, de s’exprimer de manière spontanée pour faire valoir leurs idées et d’autre part, d’enrichir leur réflexion grâce aux interventions des autres.

Le conseil de coopération

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités développées (Entre 30 et 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Moyenne

Une prise de parole polygérée!

Le Conseil de coopération est une réunion rassemblant l’enseignant et les élèves autour d’une table ronde afin de discuter de différents sujets touchant la classe en général ainsi que sa gestion. Il sert à améliorer la vie en classe en réglant des problèmes interpersonnels entre les élèves ou en discutant d’éventuels projets pour le groupe. En général, le Conseil de coopération a lieu une fois par semaine et les sujets qui y sont abordés sont précisés préalablement par les élèves et l’enseignant qui, tout au long de la semaine, inscrivent sur un tableau prévu à cet effet des commentaires à propos de l’idée qu’ils veulent discuter lors de la réunion. Ces commentaires sont d’ailleurs très structurés. En effet, l’enseignant divise le tableau en différentes sections reflétant différents types de commentaires et les élèves marquent leurs idées dans la case correspondant le mieux à l’intervention qu’ils désirent effectuer pendant le Conseil de coopération. Cette formule pédagogique permet non seulement de gérer les problèmes de la classe, mais également d’apprendre aux élèves comment communiquer et résoudre des conflits dans le respect d’autrui. L’enseignant, dont le rôle consiste à animer la discussion, s’assure que la bienséance est maintenue pendant toute la réunion. Le Conseil de coopération représente donc un lieu d’échange, de prise de parole et d’expression pour les élèves afin qu’ils fassent valoir leurs sentiments, leurs idées et leurs préférences.

Phillips 6.6

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités courtes (< 30 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Faible

Six personnes, six minutes!

La méthode pédagogique Phillips 6.6 consiste à répartir les élèves d’une classe en sous-groupes composés de six personnes. Dans chaque équipe, un porte-parole est désigné. Six minutes sont allouées aux équipes afin qu’elles réfléchissent à la question posée par l’enseignant. Ainsi, chaque personne dispose d’une minute pour s’exprimer dans sa propre équipe. Une fois cette étape terminée, le droit de parole est accordé aux différents porte-paroles des équipes qui se chargent de transmettre à l’enseignant la réponse convenue par les différents membres. À chaque question posée, un nouveau porte-parole d’équipe est désigné. Cette méthode pour recueillir des réponses à une question s’avère fort avantageuse dans les grands groupes où il est difficile de donner la parole à tous les élèves. De plus, elle permet de diviser équitablement le temps de parole accordé à chaque élève à l’intérieur des sous-groupes.

Questions guidées

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités courtes (< 30 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Faible

Qui ? Quoi ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?

Le recours aux Questions guidées comme formule pédagogique permet aux élèves d’assimiler la matière en se posant des questions, en petits groupes, sur le contenu de la leçon étudiée. L’avantage de cette activité repose sur le fait que l’enseignant crée lui-même les questions, ce qui lui donne la possibilité de diriger la réflexion des élèves dans le sens désiré, conformément aux objectifs de la leçon. Ainsi, la discussion ayant lieu parmi les différentes équipes s’alimente des questions suggérées par l’enseignant. Les questions posées guident les élèves afin qu’ils s’approprient mieux la matière couverte et les aident à approfondir leur réflexion sur le sujet.

Aujourd’hui, j’ai appris...

Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités courtes (< 30 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Élevée

Exercice d'identification des apprentissages réalisés

Aujourd'hui, j'ai appris... est une technique qui permet de questionner les élèves sur ce qu’ils ont appris lors d’une leçon. L'enseignant les invite à réfléchir spécifiquement aux apprentissages réalisés pour ensuite les exprimer par écrit puis, verbalement. Les élèves développent ainsi leur capacité à identifier et à résumer les concepts importants. Cette technique diffère de la Minute de réflexion puisqu'elle ne cible pas un apprentissage ou une difficulté en particulier. Elle demande à l'élève de parcourir ses apprentissages, sans jugement quant à l'importance relative de ce qui a été appris.

Tableau vivant

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Équipe
Intensité d'animation - Faible

Action, on tourne !

La technique du Tableau vivant sort indéniablement des sentiers battus en ce qui a trait aux méthodes d’enseignement. Elle requiert la participation des élèves qui devront incarner des personnages, des scènes ou même des concepts pour tenter de mieux comprendre les principes théoriques sous-jacents. Dans cette activité, les élèves sont amenés, par une mise en situation concrète, à prendre des rôles et à interpréter physiquement ce qui se passe. Par exemple, pour bien comprendre les forces qui entrent en jeu dans la structure d’un pont, les élèves peuvent incarner des piliers, se donner la main comme des haubans ou un tablier et, ainsi, ressentir ou voir le comportement des différents constituants. Les élèves pourraient également recréer une œuvre d’art ou un moment historique important, ou encore illustrer le principe de fonctionnement d’un équipement ou d’un système quelconque. Cette technique n’est pas simple puisqu’il faut se demander comment et dans quel contexte elle pourrait fonctionner. Cependant, elle peut être très visuelle et très marquante pour les élèves qui se rappelleront beaucoup plus facilement les notions enseignées. En somme, cette technique permet aux élèves de répondre à la question suivante : Est-ce que je comprends assez bien ce concept pour pouvoir l’expliquer sans rien dire ni écrire ?

Cartes conceptuelles

Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Faible

Organisation visuelle de l'information pour mieux l'intégrer

Les Cartes conceptuelles prennent la forme d’un réseau graphique dans lequel les concepts sont identifiés chacun par un mot ou un ensemble de mots et représentés par des nœuds. Pour illustrer les relations entre ces concepts, des flèches lient les nœuds entre eux. Il est également possible d’étiqueter textuellement les flèches afin de préciser davantage la nature des liens établis. Par ailleurs, il est recommandé d'utiliser diverses couleurs et de représenter les concepts par des dessins, des images, des graphiques ou des formules de sorte à rendre les informations les plus visuelles possibles. Cet exercice de synthèse requiert de la pratique, il ne faut donc pas hésiter à le faire à plusieurs reprises. En somme, les Cartes conceptuelles permettent aux élèves de représenter visuellement la cartographie des connaissances acquises sur un sujet et les relations entre les différents concepts théoriques inhérents à celui-ci.

Plénière

Plénière
Déroulement de l'activité - Sporadiques
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités courtes (< 30 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Moyenne

Échanger pour mieux comprendre

La Plénière est un échange de propos entre les élèves sur un sujet donné pendant un temps déterminé. Cet échange se fait sous la supervision de l’enseignant qui indique le thème de la discussion et, de préférence, les sous-thèmes. La Plénière présente l’avantage de laisser la chance aux élèves d’aborder le sujet traité à leur manière. De plus, elle permet la participation de tous les élèves du groupe et leur donne accès à la même information. Par contre, ils n’ont pas nécessairement l’occasion de se faire entendre et, s’ils l’ont, chacun n’aura la parole qu’une fois et pour une courte durée. La Plénière est donc souvent utilisée de concert avec d’autres formules pédagogiques. Elle est presque toujours employée à la fin d’une leçon afin d’en résumer le contenu ou à titre de conclusion. En somme, la Plénière permet aux élèves de synthétiser et de valider les apprentissages réalisés lors d’une leçon en discutant avec leurs collègues et leur enseignant.

Pecha Kucha

vignette_temporaire
Déroulement de l'activité - En plusieurs séances
Déroulement de l'activité - En classe seulement
Durée de l'activité - Activités élaborées (> 60 minutes)
Participants - Petit groupe (< 30)
Participants - Moyen groupe (entre 30 et 100)
Participants - Grand groupe (> 100)
Participants - Équipe
Participants - Individuel
Intensité d'animation - Faible

Top Chrono !

Le terme Pecha Kucha est l’équivalent du mot « conversation » en japonais et l’objectif d’une telle activité est d’amener les élèves à réfléchir de manière différente sur leur sujet, afin qu’ils préparent des présentations orales plus courtes, plus créatives et plus raffinées. En effet, avec la technique Pecha Kucha, les élèves réalisent, seuls ou en groupe, une présentation orale chronométrée à l’aide d’un logiciel de présentation tel que PowerPoint ou Keynote. Généralement, la contrainte imposée par la méthode traditionnelle du Pecha Kucha est celle du 20x20, soit 20 diapositives de 20 secondes chacune. Évidemment, il est possible de modifier le nombre de diapositives totales de la présentation ou même leur durée. Par contre, il faut savoir que le principe du Pecha Kucha repose sur la contrainte de temps imposée à une diapositive, dont la durée doit être comprise entre 20 et 30 secondes. Cette façon de procéder oblige les élèves à repenser la façon de présenter leur contenu. Puisque le temps de présentation d’une diapositive est très limité, les élèves doivent favoriser les éléments visuels au détriment du texte, ce qui permet d’avoir des présentations plus claires et plus épurées. Cela force également les élèves à mieux planifier leur présentation orale ainsi qu’à la pratiquer plus d’une fois, ce qui rend leur travail beaucoup plus structuré et professionnel. De plus, faire une présentation selon le mode Pecha Kucha est beaucoup plus intéressant pour l’auditoire puisque le rythme soutenu de la présentation la rend plus dynamique et leur permet d’être plus attentifs. Finalement, puisqu’un temps limite est imposé à chacune des diapositives, les présentations sont généralement plus courtes, ce qui laisse la chance aux orateurs d’échanger avec l’auditeurs et de répondre à leurs questions.

Pages